Conseils RH

 

Télétravail: un sujet plébiscité par les salariés à intégrer dans le cadre de la négociation QVT ?

Selon l’étude IPSOS /Revolution@Work  de novembre 2016,  le télétravail présente pour les salariés  de nombreux avantages :

  • Pour 70 %, le télétravail est une bonne chose pour le rythme de vie.
  • Pour  55 %,  c’est une bonne chose pour les entreprises et  cela favorise l’efficacité au travail.
  • Pour 79 %, cela évoque la réduction des embouteillages

Modalités de mise en place : Le cadre juridique du télétravail est issu de l’ANI 19 juillet 2005 et de la loi du 22 mars 2012.

Il est préférable que le télétravail donne lieu à une négociation pour aboutir à un accord d’entreprise car la mise en œuvre impacte l’organisation du travail et la vie des salariés. Il ne s’agit pas d’une obligation, l’ANI étant applicable dans toutes les entreprises appartenant à un secteur professionnel représenté par les organisations patronales signataires.

Cependant la loi Rebsamen a prévu un bloc de la négociation collective obligatoire portant sur l’égalité professionnelle Femmes/ Hommes et la qualité de vie au travail : le télétravail constitue un élément de ce  thème. En outre la Loi Travail a intégré une concertation sur le télétravail avec le projet d’un un guide de bonnes pratiques.

L’intérêt d’un accord d’entreprise est de permettre d’encadrer le télétravail : organisation logistique, règles d’attribution, prévention des risques professionnels et de confidentialité,  reporting d’activité etc… En toute hypothèse, un écrit doit prévoir :

* conditions de passage en télétravail : période d’adaptation, retour à activité précédente…

* plages horaires de disponibilité du télétravailleur pour être contacter ;

* modalités de contrôle du temps de travail, à défaut d’accord collectif applicable ;

* matériel fourni par l’employeur et services associés,  frais et assurances.

Le comité d’entreprise ou les délégués du personnel et le CHSCT doivent être consultés, le télétravail concernant l’organisation du travail qui entre dans leurs attributions.

Télétravailleur : confiance, autonomie, organisation, management

Le télétravail doit être réservé aux salariés disposant un fort degré d’autonomie, exerçant des missions susceptibles d’être réalisées avec un management par objectifs, et sachant gérer leur temps de travail ; cela suppose non seulement une connaissance expérimentée du poste occupé et de l’environnement informatique mais aussi  un logement compatible avec un travail à distance.

Les populations éligibles au télétravail doivent être précisément définies à partir d’éléments objectifs pour éviter à la fois le risque de violation du principe d’égalité de traitement et celui de la désorganisation des services. L’accompagnement des télétravailleurs doit aussi porter sur la gestion de temps, la mise à disposition des informations utiles, la conformité du lieu de télétravail, le tout dans une relation de confiance.

Management : clé de réussite du télétravailleur

Le management des travailleurs est un facteur clé de la réussite du dispositif : transparence avec les équipes, fixation de plages horaires pour faciliter les contacts, lien social régulier avec les collègues et la hiérarchie, temps de déconnexion….En outre chaque année le télétravail doit avoir avec son responsable un entretien  portant notamment sur ses conditions d’activité et sa charge de travail. Pour une bonne coopération, la formation des managers et la sensibilisation des collègues directs des télétravailleurs favorisent la bonne appropriation de  cette forme de gestion du travail et son efficacité économique.

En savoir plus ici

  • télétravail
  • management