Conseils RH

 

Management / Conseil Economique, social et environnemental -CESE- : une réflexion sur l'avenir du travail

Le Premier ministre a adressé (23 07 18) une demande au président du CESE pour que l'institution ouvre une réflexion sur l'avenir du travail dans l'objectif de mieux cerner les attentes des jeunes d'esquisser leur vision du monde du travail afin de mieux répondre à leurs attentes et d'améliorer leur accès au marché du travail.  Il s’agit d’abord de s'interroger sur l’impact des mutations technologiques, les nouvelles formes d’organisation du travail, le bien-être, la santé et la sécurité en s'intéressant à la situation des jeunes au travail…Le courrier adressé souligne la complexité de la situation des jeunes sur le marché du travail : taux de chômage élevé des jeunes actifs faiblement qualifiés,  lente stabilisation des jeunes diplômés avec parfois un sentiment de déclassement au vu de leurs diplômes et de leurs expériences.

La demande vise à identifier la perception des jeunes actifs et de ceux qui se préparent à entrer sur le marché du travail, les formes de recrutement et les conditions d'intégration sur le marché du travail, leurs attentes à l'égard de l'entreprise, leurs perspectives professionnelles, leur appréhension des relations hiérarchiques et des collectifs de travail, des conditions de travail et d'emploi, de la qualité de vie au travail, des nouvelles formes de travail et d'emploi…Ce diagnostic doit permettre d'apporter des réponses adaptées en ayant recueilli le point de vue des entreprises. L'objectif est aussi de dégager les principaux leviers susceptibles d'améliorer l'accès au marché du travail pour tous et le développement des parcours professionnels. Les conclusions du CESE sont attendues pour mars 2019. Une feuille de route sera établie à partir des propositions du CESE avec l'ensemble des acteurs économiques et sociaux en vue du prochain G7 présidé par la France et la célébration du centenaire de l'OIT en 2019.

Pour en savoir plus : ww.actuel-rh.fr/content/edouard-philippe-demande-au-cese-de-se-pencher-sur-lavenir-du-travail